Conseils de dégustation et conservation

Pour une meilleure dégustation dans leur jeunesse nous vous conseillons de déboucher votre bouteille à l’avance, une  à deux heures au moins, voire une demi journée ou plus sans crainte) ,


ou de carafer le vin afin de les oxygéner,  car les vins peuvent (rarement) être fermés ou "réduits" , ce qui est  signe de qualité mais source temporaire d'arômes indésirables, ou du moins "exotiques" (arômes animaux, forestiers, chimiques etc).

La réduction est un phénomène chimique, révélateur de manque d'oxygène et donc l'exact opposé de l'oxydation.

Elle est donc positive, signe de bonne conservation, et même parfois recherchée chez certains vignerons.

    De plus, l’aération assouplit les vins rouges comme blancs et révèle les arômes, il est très courant que nos vins se dégustent aussi bien voire mieux  les jours suivant l'ouverture, jusqu'à une semaine ou plus même!

    Si vous résister à l'envie de finir la bouteille, finissez la le lendemain..!


  Bonne dégustation !

-  Les règles d'or de la cave Idéale :


En premier lieu , veillez à conserver les bouteilles "ête en bas" ou allongées, afin que le bouchon soit toujours humecté par le vin.


L'Obscurité :

 La lumière est le plus grand ennemi du vin, elle en accélère le vieillissement et, si elle est forte, l'endommage. Les rayons ultraviolets s'attaquent directement au matières colorantes et aux tannins , ces éléments qui apportent au vin sa charpente et sa capacité à vieillir.

 C'est pour cela que les grands vins sont mis dans des bouteilles colorées. Le fait d'éclairer quelques minutes par jour n'a en revanche aucune incidence particulière.


  • La Température

La température est importante mais plus encore sa régularité. 

L'idéal pour que le vin vieillisse, harmonieusement se situe entre 10°C et 14 °C . 

Vous pouvez cependant accepter des températures légèrement plus basses ou plus hautes ( de 8°C à 16°C), si les changements ne sont pas trop brusques.

 Un abaissement de quelques degrés entre l'été et l'hiver est naturel et sans danger. Dans tout les cas, évitez la proximité d'une chaudière, il n'y a rien de pire.


  • L'Hygrométrie

L'humidité idéale n'existe pas tout à fait, car celle qu'on recherche pour le vin, celle qui humidifie parfaitement le bouchon et assure son étanchéité, est un peu supérieure à celle qui permet aux étiquettes de se garder sans la moindre tache.

 Le taux d'humidité de la cave doit être comprise entre 60 et 80 %. 

Si vous manquez d'humidité, c'est que la cave est trop étanche, auquel cas laissez en permanence des récipients pleins d'eau ou installez un humidificateur électrique.


  • Le Calme : 

Chaque fois que le vin est déplacé, les matières solides en suspension sont remuées et il faut plusieurs semaines avant qu'il retrouve sa forme idéale. Soumis à des vibrations, il vieillit plus vite, son dépôt ne peut adhérer aux parois et vous aurez du mal à le décanter proprement. 

Evitez de déplacer vos bouteilles, même à l'intérieur de la cave. Si vous êtes obligé de le faire, veillez à les garder bien à l'horizontale.


  • L'Aération :

 Elle garantit le renouvellement de l'air et la salubrité de la cave.

 Les mauvaises odeurs peuvent se transmettre très rapidement au vin à travers les bouchons, en particulier dans un milieu humide. Il est impératif d'assurer ce renouvellement pour empêcher la formation de bactéries ou de moisissures odorantes tout en évitant les mouvements violents d'air. 

Evitez, même de loin, toute proximité avec les produits odorants. Nettoyez votre cave avec un balai ou un chiffon, sans produit chimique.

-  Conseils  pour une meilleure dégustation

La dégustation du vin est quelque chose qui vient tout naturellement et ne devrait obéir qu'à votre propre ressenti :

  • Commencez par le Plaisir de l'oeil. Observez le vin avec un arrière-plan blanc :

Les vins blancs vont du quasi-translucide à l'or profond. 

Au fil du temps, le vieillissement rendent les blancs plus foncés à cause de la lente oxydation, de la même façon que des quartiers de pommes bruniront à l'air libre.
Les vins rouges s'oxydent aussi, passant de leur jeunesse à rose mauve au brun rouille à maturité.
Au contraire des blancs, les rouges s'éclaircissent avec l'âge à mesure que des particules de pigments en suspension se déposent.

 Le grenache est assez sujet à ces changement de teinte, ce n'est pas pour autant un signe que votre vin est trop âgé!


  • Faites tourner le vin et humez. Fermez les yeux, que sentez-vous ?

Les senteurs déclenchent toute une vie de souvenirs frappants, laissez donc les odeurs vous transporter, où que ce soit. 

Laissez-vous submerger par les associations d'idées et décrivez-les-vous. 

Qu'importe les qualificatifs que vous choisissez: des associations hautement personnelles fonctionneront aussi bien que du vocabulaire formaté.

 Mettre un nom sur une odeur aide à s'en rappeler, qu'on parle de" citron", de "chêne français" ou de "paysage par temps pluvieux "

  • Prenez une gorgée et faites-la tourner deux ou trois secondes en bouche afin de bien en imbiber votre palais:

L'acidité se manifeste comme une sorte de sifflement sur les pourtours de la langue qui fait saliver.

 Par contraste, le tanin, qui n'a pas de goût, se manifestera sous forme d'une sensation tactile après la déglutition, comme si la langue était séchée avec une serviette.

 En bouche, l'alcool est plus dense que l'eau, donnant une sensation texturale de consistance, de "charpente". 

Les vins légers, peu structurés, entraînent une impression de finesse alors que les crus opulents sont aussi plus riches en goût, presque crémeux.

  • Prenez une minute pour contempler le vin, en observant sa longueur en bouche :

Les grands vins peuvent exercer une résonance sur notre palais plusieurs minutes après la déglutition, tandis que les vins médiocres retombent souvent à plat. 

Le vin est-il "complet", c'est à dire équilibré, ou non ? Quelle est au final sa "longueur" ( ou intensité en bouche de la persistance aromatique).